Dans le cadre de leur mission de suivi des usagers, les professionnels du Service d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés (SAMSAH) se sont rendus à Saül, commune isolée du territoire guyanais.

Durant deux jours, ils ont observé Milo PAUL, déficient visuel qui a intégré le Parc Amazonien de Guyane, en tant que Volontaire Service Civique. Cette opportunité s’est présentée à lui, suite au projet « Amazonie pour tous » mené par le PAG et auquel il a été associé en tant qu’ambassadeur pour favoriser l’accessibilité des communes du Parc aux personnes en situation de handicap. Ce séjour à Saül a permis à l’équipe du SAMSAH d’observer l’environnement personnel et professionnel du jeune Milo, qui participe à un certain nombre de missions, parfois seul ou encore sous la houlette de ses collègues :

- Accueil des touristes, présentation de la commune et ses sentiers balisés, à l’aide d’une carte adaptée

- Entretien de matériels (quad, outils etc.) dans un atelier

- Participation à un protocole scientifique d’identification et de comptage d’oiseaux

- Recueil d’informations sur la vie à Saül

- Animations périscolaires

L’ergothérapeute qui l’a suivi dans ses déplacements a pu noter la présence de quelques aménagements, notamment au niveau des sentiers sur lesquels une carte adaptée aux non-voyants avec des cordelettes et différents repères tactiles ont été installés. Cette carte étant abîmée, l’ergothérapeute en a réalisé une nouvelle, avec de la pâte relief.

Par ailleurs, malgré les contraintes architecturales (chemin en latérite, absence de trottoirs), amplifiées en saison des pluies par la boue glissante, l’équipe du SAMSAH a observé une certaine dextérité dans les déplacements de Milo. Doté d’un dictaphone, son téléphone lui permet d’enregistrer ce qu’il souhaite mémoriser et les habitants solidaires lui sont d’une grande aide dans sa vie quotidienne.

Enfin, lors de ce déplacement, l’équipe du SAMSAH a tenu à sensibiliser les écoliers de l’unique classe primaire de la commune, à la déficience visuelle. L’ergothérapeute a donc abordé cette thématique par le biais des 5 sens : la vue, le goût, l’odorat, le toucher et l’ouïe, avec un discours adapté aux enfants. Très attentifs et réceptifs à ce sujet, les jeunes ont vivement participé aux échanges.

Ce déplacement aérien dans cette partie isolée du territoire demeure une des missions que l’APAJH et ses services ont à cœur de concrétiser au quotidien pour faire perdurer l’accompagnement de leurs usagers.

Partager cet article