APAJH Guyane : BP 66 97322 CAYENNE - Tél. : 0594 25 05 05 - Fax : 0594 39 10 48
Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés
"Au service de la personne en situation de handicap"

INFORMATION SUR LA VACCINATION CONTRE LA COVID 19

INFORMATION SUR LA VACCINATION CONTRE LA COVID 19

 

« Plus d’un an sous la dictature du Coronavirus »

 

 

Le 17 mars 2020 à 12h, la Guyane comme le reste du territoire national entrait en confinement en raison de la crise sanitaire du Coronavirus (SARS-CoV2), un virus apparu à Wuhan, Chine, à la fin de l’année 2019. Quatorze mois plus tard, le monde compte plus de 3,5 millions de morts à cause de la maladie provoquée par ce virus, la COVID19. La Guyane compte plus de 25 000 infectés et 129 décès, ainsi que des conséquences sociales et économiques dont l’impact se fera sentir encore dans les mois et années à venir. C’est un fait, cette pandémie a changé notre quotidien, nos vies et celles de nos proches, l’avenir de nos jeunes et enfants ainsi que les dernières années de vie de nos ainés.

 

Pendant ce temps, nous avons dû faire face à beaucoup d’incertitude. Nous avons compris que ce qu’il y a de plus humain, les bisous, les câlins, les discussions entre amis, les fêtes… pouvaient nous être fatales. Nous avons appris à nous protéger avec des masques, de l’hygiène des mains et la distance physique. Nous avons joué le jeu. Nous en avons eu marre. Nous avons pleuré. Nous avons fait l’école à la maison et du télétravail (et on s’est arraché les cheveux, il faut l’avouer…). Certains d’entre nous nous ont quittés, beaucoup sont tombés malades, d’autres pas, mais nous avons tous été touchés d’une façon ou d’une autre par ce virus qui dicte sa loi depuis le début de l’année 2020.

 

La lutte contre le SARS-CoV2

 

Face à ce défi extraordinaire, la communauté scientifique internationale s’est mise à travailler sans relâche afin de soigner les malades et trouver le moyen de prévenir l’infection. La course pour trouver un remède reste compliquée et à ce jour aucun médicament n’a fait ses preuves contre le coronavirus ; seul les symptômes et les conséquences de l’infection sur les différents organes peuvent, et pas toujours, être maitrisés. En revanche, la recherche scientifique a fait un pas de géant avec la conception de plusieurs vaccins contre la covid19. Le 21 décembre 2020, l’Agence Européenne du médicament a approuvé le premier vaccin anti SARS-CoV2 connu sous le nom de Comirnaty (Laboratoires Pfizer-BioNtech). Ce vaccin, comme tous ceux qui l’ont suivi (Moderna, AstraZeneca, Janssen…), versent de l’espoir et représentent la seule arme réelle pour mettre fin à la crise sanitaire actuelle.

 

La création des nouveaux vaccins contre le coronavirus représente un événement historique incontestable, mais malgré ceci elle n’a pas été exempte de polémique. Plusieurs voix se sont levées contre les programmes d’immunisation des populations avec des arguments hétéroclites souvent véhiculés par les réseaux sociaux défiant le raisonnement et la démarche scientifique. Dans certains territoires, parmi lesquels j’inclus la Guyane, nous assistons à un rejet du vaccin considérablement répandu, basé essentiellement sur  la circulation intense des fausses informations.

 

 

 

La meilleure arme contre la COVID19 : les vaccins

 

Il est indispensable de rappeler que les programmes d’immunisation en général contribuent au bien-être mondial et se trouvent parmi les moyens plus rentables d’y parvenir. Dans le monde, plus de 5 vies sont sauvées chaque minute grâce aux vaccins, aidant les gens à grandir et vieillir en bonne santé. Il en est de même pour les vaccins conçus pour nous protéger contre le SARS-CoV2.

Dans une course contre la montre sans précédent, un nombre inédit d’équipes de recherche avec des moyens alloués extraordinaires se sont focalisés sur le moyen de prévenir une maladie trop souvent difficile à guérir et elles y sont parvenues. Toutes les étapes de la recherche ont été franchies sans exception, comme le certifient l’Organisation Mondiale de la Santé, l’Agence Européenne du médicament, la FDA (foods and drugs administration) américaine et les agences du médicament de chaque état membre de l’Union Européenne.

Aujourd’hui, plus de 2 milliards de doses de vaccin anticovid ont été administrés dans le monde. En France 20,9 % de la population a reçu le schéma complet de vaccination à ce jour, en Guyane seulement 9,1%.

 

Le Vaccin Comirnaty (Pfizer)

 

Actuellement un seul vaccin contre la COVID19 est disponible en Guyane. Il s’agit du vaccin Comirnaty, des laboratoires Pfizer-BioNtech. Ce vaccin est basé sur la technologie de l’ARN messager, une molécule omniprésente chez tous  les êtres vivants de manière naturelle qui permet d’utiliser l’information codée dans l’ADN (le livret d’instructions de tout être vivant) pour la transformer en protéines indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Dans le cas du vaccin, cet ARN messager synthétique porte l’information pour que nos cellules produisent une petite partie du coronavirus, concrètement la protéine SPIKE. Une fois que nos cellules auront mis en circulation cette protéine Spike, notre système immunitaire, c’est-à-dire, les défenses de notre corps vont l’identifier comme étrangère et vont s’organiser pour l’éliminer. Comme il s’agit uniquement d’une petite portion du virus on ne peut pas tomber malade, mais c’est suffisant pour que notre « armée » d’anticorps et cellules de défense soit prête à vaincre le Coronavirus en cas de contagion. C’est le principe de tous les vaccins.

 

Cette molécule d’ARN messager « étrangère » ne peut pas accéder au noyau de la cellule où se trouve bien protégé notre ADN, donc il n’y a aucun risque que celui-ci soit altéré de quelconque façon. En plus, l’ARN messager est une molécule très instable qui se dégrade rapidement après avoir accompli sa tâche.

 

Le vaccin Comirnaty  a une efficacité de 95%, très élevée, mais comme tout autre vaccin il n’est pas infaillible. Il faut deux injections à 21 jours d’intervalle minimum pour que l’immunisation soit complète. Les études qui ont été réalisés jusqu’à ce jour nous montrent que ce vaccin est bien toléré et provoque peu d’effets secondaires et la plupart sont légers. Le vaccin est contre-indiqué uniquement pour les personnes ayant des antécédents de réaction allergique grave. Il est bien indiqué chez la femme enceinte à partir du deuxième trimestre de grossesse et il est compatible avec l’allaitement maternel.

 

Ce vaccin est proposé en Guyane à toute personne âgé d’au moins 16 ans et bientôt elle le sera également pour les jeunes à partir de 12 ans.

 

virus 2

 

Pourquoi se faire vacciner ? Si le vaccin est efficace, pourquoi doit-on  continuer à porter le masque ?

 

Le principe de toute vaccination est de protéger l’individu qui reçoit le vaccin d’attraper une maladie contagieuse, mais également d’obtenir ce qu’on appelle l’immunité de groupe : plus il y a des sujets vaccinés dans une population, plus le microbe responsable de la maladie en question a du mal à se répandre. En se vaccinant on évite de tomber malade en même temps qu’on protège des personnes fragiles ou qui n’ont pas accès au vaccin (enfants, personnes allergiques…). La vaccination est donc un acte citoyen, altruiste et responsable qui contribue au bien-être de toute une communauté.

 

 

Nous savons que le vaccin contre la COVID19 nous protège surtout contre les formes très symptomatiques de la maladie mais n’empêche pas toujours le portage du virus, même en absence de symptôme. Il existe donc  un tout petit risque de transmission du virus même lorsqu’on est déjà vacciné. Ce petit risque de transmission est le motif pour lequel on doit encore porter le masque après avoir été vacciné, car le taux de vaccination est encore très faible et le « bouclier » collectif pas encore assez fort pour protéger la plupart de la population. Lorsqu’on aura atteint des taux de vaccination plus importants on pourra penser à relâcher les gestes barrière, comme cela se produit déjà dans des pays avec des taux de vaccination aux alentours de 60% (Israel, USA…).

 

virus

 

Qu’en est-il des variants ? Combien de temps le vaccin reste efficace ?

 

Nous n’avons pas encore assez de recul pour savoir quelle est la durée de l’immunité que les vaccins anti coronavirus nous confèrent, comme ça été le cas pour tous les autres vaccins actuellement sur le marché pour d’autres maladies. Le temps nous dira s’il faudra renouveler les injections ou pas, si cela deviendra une vaccination saisonnière, comme la grippe, ou si l’on sera immunisé à vie.

 

Concernant les variants, le vaccin Comirnaty reste efficace face aux variants anglais, sud-africain et brésilien même si le degré de protection peut être légèrement inférieur. Il serait également efficace sur les premiers tests face au variant indien.

 

J’ai envie d’en savoir plus

 Savoir où se renseigner est très important avant de prendre la décision de se faire vacciner ou pas. Ce que nos proches, nos amis ou nos voisins peuvent nous en dire ce ne sont que leurs opinions, mais pas forcément des faits prouvés ni vérifiables. De même, les informations qui circulent sur les réseaux sociaux n’ont souvent pas de fondement scientifique et induisent en erreur. Il y a moyen de trouver des informations fiables sur internet, auprès des organismes reconnus tels que l’OMS (Organisation Mondiale de la santé), l’HAS (Haute autorité de santé), les ARS de chaque région ou le site Mesvaccins.net, du Ministère des solidarités et de la santé, par exemple.

 

 

 

 Article rédigé par Andréa LOSSIUS

Pédiatre et Référente COVID à l’APAJH GUYANE.

 

 

Nous contacter

0594 25 05 05 (CAY) ou 0594 27 25 25 (SLM)

Du lundi au vendredi de 8h00 à 17h30